Des écrits à contraintes pour donner sens à l'apprentissage de la langue - Lettres - Académie de Normandie

Des écrits à contraintes pour donner sens à l’apprentissage de la langue

L’étude de la langue, et de la grammaire plus particulièrement, est un des apprentissages fondamentaux du français. Mais comment donner sens à cet apprentissage et soutenir l’acquisition des notions linguistiques ?
Tel est l’objectif des propositions d’écrits à contraintes ci-dessous.

- Format PDF Enregistrer au format PDF

Lors du cours de français, les élèves sont amenés à développer leurs connaissance de la langue, exigeant une appropriation précises des notions grammaticales. Mais comment procéder ?
Quelles opérations de manipulation mettre en oeuvre, à l’écrit comme à l’oral, afin de soutenir les élèves leurs apprentissages, et surtout de les engager dans un travail porteur de sens de la syntaxe ?
Comment donner le goût et le sens du travail de la langue ?
La possibilité retenue ici est de proposer des écrits à contraintes, de type oulipien, en demandant aux élèves d’écrire des phrases en leur proposant de suivre des contraintes syntaxiques. Il s’agit donc de "moment de langues" pouvant prendre place au sein de séances et de séquences très variées.

Grégory DEVIN, professeur au collège Marcel-Grillard à Bricquebec et formateur académique, ainsi que Benjamin RIDEL professeur au lycée Ferdinant-Buisson à Elbeuf présentent quelques exemples possibles issus de leur pratique en classe.

 Au collège

Après un travail d’identification et de rappel, à l’aide d’un tableau des fonctions, on propose aux élèves plusieurs défis à relever en groupe. Chaque défi consiste en une phrase dont les fonctions sont indiquées (par exemple, un sujet, un verbe, un COD) en respectant leur ordre.
Le document comportant ces défis est distribué aux élèves, et vidéo-projeté au tableau.
Dès qu’un groupe a réussi un défi (donc écrire sa phrase en respectant la contrainte), il vient l’écrire au tableau. La classe valide alors ou non la proposition, en justifiant (“il ne s’agit pas d’un COD parce que…”, “il s’agit bien d’un sujet parce que…”).
Cette phase de justification est aussi importante que la phase de réalisation.

On met également en place un système de temps limité, et de points, pour désigner un groupe vainqueur, pour renforcer l’émulation.
Les défis sont progressivement plus complexes, permettant d’insister sur des notions souvent mal comprises : le sujet inversé, la différence entre attribut et COD, le COI…
D’une durée d’une vingtaine de minutes environ, appréciée par les élèves, engageante et suscitant la réflexion et l’argumentation, cette activité peut faire l’objet d’un rituel de classe, entrer dans le cadre de séances de remédiation, enrichir une séance consacrée à l’écriture longue, en engageant les élèves à prêter attention à la construction syntaxique d’un passage....

 Au lycée

 Activité n°1 : les cadavres exquis grammaticaux

Cette activité est menée en îlot (3 ou 4 membres).
Les élèves imaginent une première phrase en fonction de contraintes simples : sujet + verbe.
Chaque membre va enrichir cette phrase en respectant les contraintes grammaticales indiquées par la consigne. On adapte les contraintes en fonction du degré de maîtrise de la classe, et de la notion que l’on cherche à travailler.
Un premier exemple rédigé peut être réalisé en commun, ou indiqué sous la consigne.
On peut également envisager, dans un second temps, que chaque membre démarre une phrase et transmette sa phrase à ses camarades pour qu’ils l’enrichissent.
Dans un dernier temps, on peut proposer aux élèves de transposer au tableau leur phrase afin qu’ils argumentent sur les choix opérés, et interagissent avec leurs camarades de classe.
L’idée est de leur faire manipuler les fonctions et les classes grammaticales, afin de réfléchir à leur emploi, leur morphologie variable, tout en interrogeant les effets des choix d’écriture opérés.
L’activité concourt ainsi tout autant à développer les connaissances linguistiques, les compétences linguistiques et langagières que la capacité à interpréter un texte. C’est un exercice ainsi, pratiqué au long cours, qui soutient les lycéens dans leur apprentissage des écrits d’examen.

Exemple de consigne donnée :
1. Sujet + verbe
2. Ajouter un COD (modifier le verbe si nécessaire)
3. Ajouter un COI / COS (modifier le verbe si nécessaire)
4. Changer la classe grammaticale du sujet
Et ainsi de suite...

 Activité n°2 : le défi des fonctions

Chaque îlot élabore une phrase s’appuyant sur des contraintes grammaticales données par le professeur.
Les îlots échangent ensuite leur document, sur lequel figure la phrase créée.
Les îlots doivent analyser et vérifier que leurs camarades ont bien respecté les contraintes données.
Chaque îlot récupère son document et corrige sa phrase, si besoin.
C’est un "moment de langue" apprécié des lycéens qui se réengagent dans l’étude de la langue et qui apprennent à structurer leurs connaissances linguistiques dans le cadre de ce travail collaboratif.

 Entretien

- Quels sont selon vous les atouts principaux de telles démarches ? Quels conseils donneriez-vous à des collègues désireux de se les approprier ?

Benjamin RIDEL : ce sont des activités faciles à mettre en place et qui peuvent s’insérer dans un très grand nombre de séances, des séances de remédiation bien sûr dans le cadre d’une correction d’un travail d’écriture ; dans une séance d’explication de texte également afin d’accompagner les élèves dans leur capacité à comprendre et à analyser la syntaxe remarquable d’un passage. On peut penser ainsi à des passages descriptifs dont les élèves sont peu familiers et qui retrouvent ainsi de l’intérêt.

Grégory DEVIN : on peut ajouter que l’inscription de ces exercices d’écriture à contraintes prennent d’autant plus de sens qu’ils sont ritualisés. C’est aussi de la sorte que les élèves s’emparent des enjeux de l’activité. Certes on joue avec la langue, mais surtout on l’apprend, à la fois en situation de réception en observant des constructions remarquables ou les propositions des camarades, et en situation de courtes productions, en produisant des phrases avec un usage raisonné et maîtrisé de la syntaxe.