Lire FLAUBERT pour penser aujourd'hui : "tout ce qu'on invente est vrai !" - Lettres - Académie de Normandie

Lire FLAUBERT pour penser aujourd’hui : "tout ce qu’on invente est vrai !"

Dans la continuité du travail mené par Grégory DEVIN, et avec l’aide de ce travail, voici ici déclinée une autre lecture du "dictionnaire des idées reçues" de Gustave FLAUBERT.
Un projet proposé par Ophélie JOMAT avec ses élèves de 3ème, au collège Les Acacias au Havre, ou comment lire pour écrire grâce au parrainage de l’auteur ?

- Format PDF Enregistrer au format PDF

Le projet mené par Ophélie JOMAT s’inscrit dans le cadre d’un parcours d’éducation artistique et culturelle conduit en prolongement du travail quotidien de la classe.
Le travail est en effet le fruit d’un projet retenu à l’issue de la phase d’appels à projet du CRED 76.
Créé par le département de la Seine-Maritime, le Contrat de Réussite Éducative Départemental - CRED 76 - est un dispositif contribuant à la réussite éducative des collégiens.
Plus de 1700 projets sont financés chaque année, dont celui-ci qui a permis de créer une rencontre fructueuse entre les élèves et deux artistes comédiennes, en lien avec les célébrations de FLAUBERT 21.
Les élèves ont été spectateurs d’une pièce consacrée à la jeunesse de l’écrivain, jouée en classe par les deux comédiennes, Ariane DIONYSSOPOULOS et Hélène FRANCISCI. La pièce a pour titre prometteur Tout ce qu’on invente est vrai.

- Une première étape, en amont du spectacle, a permis aux élèves de se familiariser avec la vie de l’écrivain. Les collégiens ont ainsi été invités à lire la fiche Vikidia qui lui est dédiée, accessible en document joint. Chacun a conservé des notes sur son cahier PEAC.
Une correction du travail a été proposée par l’enseignante, enrichie par la présentation de quelques-unes des oeuvres de l’auteur, dont Le Dictionnaire des idées reçues.
- La consigne de travail en vue du projet final a ensuite été présentée aux élèves, à retrouver en document joint, tout en leur permettant de découvrir les travaux menés par d’autres élèves : ceux de Grégory DEVIN.

- Le spectacle, d’une durée de 1 heure, constitue ensuite l’étape au centre du projet.

- Une dernière étape a permis de prolonger la découverte de l’auteur en s’initiant à son écriture, plus précisément à l’écriture comme jeu et rire.
Les élèves ont ainsi tiré au sort avec les comédiennes des définitions extraites du Dictionnaire des idées reçues et devaient deviner ’" le mot-entrée".
Dans un second temps, ils ont tiré au sort des mots, pour ensuite en proposer une définition à la manière de celles mises en voix par les comédiennes.

A l’issue du projet, les meilleurs définitions ont été conservées. D’autres ont été ajoutées, dans le cadre d’un travail à la maison, afin de trouver des mots et définitions pour les 8 lettres de l’alphabet qui manquaient.


Une présentation du projet :

Dictionnaire des idées reçues #Flaubert21 #DDIR par Madame Jomat

Au besoin, retrouvez le document au lien ci-dessous :
https://www.canva.com/design/DAE3d4MCK-o/watch?utm_content=DAE3d4MCK-o&utm_campaign=designshare&utm_medium=link&utm_source=publishsharelink

Le travail des élèves :

Dictionnaire des idées reçues par Madame Jomat
Au besoin, notamment pour un partage avec d’autres classes, retrouvez la production des élèves au lien ci-dessous :
https://www.canva.com/design/DAE16HwTESk/Gp7Df8o2Su-17eimk0FYAg/view?utm_content=DAE16HwTESk&utm_campaign=designshare&utm_medium=link&utm_source=publishsharelink#2

Quel bilan du projet mené ?
Les élèves ont apprécié cette rencontre vivante avec l’écrivain, comme en témoignent les travaux produits.
Le spectacle proposé, mettant en voix et incarnant les mots et les phrases de Gustave FLAUBERT, a soutenu la rencontre des collégiens avec l’écriture de l’auteur, qui en ont saisi la dimension satirique.
La mise en voix des textes, créant en quelque sorte une connivence entre les collégiens et l’auteur, a finalement pleinement engagé les élèves dans cette rencontre par l’écriture avec l’oeuvre.

Documents joints