Une variante du carnet de lecteur : le journal dialogué - Lettres - Académie de Normandie

Une variante du carnet de lecteur : le journal dialogué

Prenant appui sur des travaux de Monique Lebrun et de Manon Hébert, le journal dialogué , envisagé comme une « trace » de la réflexion menée par l’élève, constitue une alternative intéressante au carnet de lecteur, et offre un outil supplémentaire dans la tâche souvent complexe, aussi bien pour l’élève que pour l’enseignant, de faire lire et partager sa lecture.

- Format PDF Enregistrer au format PDF

« Les diverses activités de lecture en classe culminent dans la rédaction d’un journal personnel où les élèves rédigent, sous forme de lettres adressées à l’enseignant ou à des pairs, des commentaires relatifs à une œuvre qu’ils sont en train de lire. »
( Lebrun, M. (1994). Le Journal dialogué : pour faire aimer la lecture. Québec français, (94), 34–36)

En pratique, la mise en place de ce journal repose sur :

1) le choix d’une œuvre : sa longueur et sa « difficulté » doivent être adaptées à la planification de l’activité
2) le choix d’un support : un simple carnet, un cahier, une feuille pliée en livret, mais également, si les conditions le permettent, un outil numérique type etherpad, ou la tenue d’un podcast)
3) l’explicitation de stratégies en insistant bien sur la nécessité de les varier.
Exemples de stratégies (source : Manon Hébert) :
stratégies_journal-dialogué

4) une « intervention » régulière et planifiée de l’enseignant. Les six gestes de l’enseignant s’articulent alors autour de quatre grands principes : équité, étayage, tissage, dialogue (voir 4.4 de l’article de Manon Hébert)
5) une planification de l’activité, de manière à ne pas distendre le temps de lecture. Selon le niveau ciblé (collège ou lycée) et le temps nécessaire pour la lecture de l’œuvre, l’activité peut s’effectuer en classe (une fois par semaine, une séance alternant moment de lecture et moment d’écriture) ou à distance.

Les objectifs sont aisément identifiables : travailler le savoir-lire, et faire de l’élève un sujet-lecteur compétent, en liant sa démarche à celles d’autres lecteurs (l’enseignant / les camarades), lecteurs de l’œuvre mais aussi lecteurs de l’élève lui-même si cette modalité est retenue.

Les différents travaux menés autour de cet outil mettent en lumière les avantages que procure ce dialogue différé.

  • L’élève prend du recul sur sa lecture, ce qu’il en pense, ce qu’il ressent bien sûr, mais aussi sur ce qu’il en dit. De même, les élèves éprouvant des difficultés, peuvent ainsi en quelque sorte « libérer » leur lecture de l’œuvre, n’étant plus soumis au regard ou à l’appréciation du groupe, ayant enfin voix au chapitre.
  • L’enseignant, quant à lui, guide l’élève dans sa lecture, et ce à partir de cette lecture, là où le questionnaire cible une maîtrise quantitative d’éléments prédéfinis qui verrouillent une lecture unique du texte.

Néanmoins, cette démarche n’est pas sans présenter quelques difficultés, voire quelques limites  :

  • Il est difficilement envisageable de mener cette activité avec l’intégralité des classes en simultané. L’enseignant se devant d’être réactif, un choix s’impose de fait, afin de pouvoir suivre précisément chaque lecteur.
  • L’évaluation, si elle a lieu, doit s’appuyer sur des critères évidents, tenant compte des compétences engagées  : respect des consignes, variété des stratégies déployées, prise en compte des « réponses » de l’enseignant, volonté de dire sa lecture et non pas raconter le livre...
  • Parmi les "réponses" de l’enseignant, il semble que le tissage demeure, au vu des expérimentations, le principe le moins aisé à appliquer.

Les ressources à consulter :

  • Article extrêmement détaillé et passionnant de Manon Hébert :
    Manon Hébert, « Journal dialogué de lecture au primaire et au secondaire : quels savoirs enseignants pour soutenir et évaluer le développement du jeune sujet lecteur ? », Repères [En ligne], 42 | 2010, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/reperes/252 ; DOI : https://doi.org/10.4000/reperes.252