Utiliser les appareils mobiles en cours de français : pourquoi ? Comment ? - Lettres - Académie de Normandie

Utiliser les appareils mobiles en cours de français : pourquoi ? Comment ?

Les appareils mobiles (tablettes, téléphones portables) font partie intégrante des outils à disposition des élèves et des professeurs.
Tout en respectant les règles d’usage conformément aux règlements intérieurs des établissements scolaires et du RGPD, les outils mobiles peuvent être très précieux tant pour les professeurs que pour les élèves, au service des apprentissages.

- Format PDF Enregistrer au format PDF

  AVANT-PROPOS

Les outils mobiles, autrement appelés "AVEC" (Apportez votre équipement personnel de communication - traduction de BYOD en anglais (Bring Your Own Device) peuvent devenir des outils précieux au service du cours de français.
Cet article se propose de dresser un état des lieux des usages les plus pertinents. Chaque usage est accompagné d’un argumentaire et d’une illustration sous la forme d’une démarche menée en cours de français.


L’utilisation d’appareils mobiles en cours de lettres ? Quelles plus-values ?

Les téléphones mobiles et tablettes numériques font partie intégrante de la culture numérique des élèves. Ils n’en maîtrisent par pour autant toutes les fonctionnalités ni n’en comprennent tous les usages. Le cours de français peut être l’occasion d’utiliser autrement ces appareils pour enrichir l’enseignement des lettres et développer en parallèle une culture numérique éclairée et aiguisée.

  1- Soutien au travail de l’élève

De manière générale tout d’abord, les outils nomades peuvent soutenir efficacement la continuité du travail depuis la classe jusqu’au domicile des élèves.
Il est ainsi aisé d’associer à une séance / un document de travail / une ressource complémentaire un QR code.
Désormais connus de tous, ces petits pictogrammes emmènent les élèves vers une page sélectionnée par les enseignants. La page suivante ], extraite du site "Enseigner avec le Numérique" de l’Académie de Normandie en précise les fonctionnalités.

La synthèse ci-dessous en reprend les étapes clés :

Pourquoi créer des QR codes renvoyant à des documents ressources ?

- En cours, dans le cadre de la différenciation pédagogique, ils peuvent constituer un enrichissement notionnel, documentaire ou culturel consultable, via un téléphone ou une tablette - de nombreux établissements sont désormais équipés de tablettes mobiles - par les élèves les plus avancés, tandis que l’enseignant soutient le travail des élèves les plus fragiles, explicite les consignes, précise les notions, apporte des conseils complémentaires, à l’image des exemples ci-dessous :

Un QR code peut également apporter des compléments d’informations ciblés sur un document ressource en fonction des besoins des élèves : ressources lexicales et syntaxiques complémentaires, par exemple, pour accompagner une production écrite.

- Hors la classe, un QR code peut là encore renvoyer à une ressource complémentaire (capsules vidéo explicatives...) au service de la réalisation d’une activité ou d’un devoir.
Le support vidéo, image ou sonore constitue en outre une réponse aux besoins éducatifs particuliers des élèves ayant des difficultés à entrer dans l’écrit. En ce sens, la ressource apportée via l’outil mobile devient une réponse aux besoins différenciés des élèves. Elle soutient le besoin de compréhension de tous, en variant les supports et les langages.

Il conviendra enfin de ne pas négliger l’utilisation des ENT, dans lequel des espaces dédiés permettent d’enrichir le cours en complétant par exemple les descriptifs de séances du cahier de textes numérique par des QR codes renvoyant à des documents complémentaires, ou encore en accompagnant les devoirs donnés par des tutoriels accessibles par un lien ou un QR code sur la tablette ou le téléphone des élèves et des familles.

Entrons à présent dans un ensemble de démarches spécifiques au cours de français, au collège comme au lycée.

  2- Pour l’étude de la langue

L’exercice de la dictée se prête particulièrement à un usage pertinent des outils mobiles, en soutien plus particulièrement aux élèves à besoins éducatifs particuliers.

- Les élèves peuvent exploiter leur téléphone pour écouter la dictée préparée par l’enseignant en version sonore, accessible sur le cahier de textes en ligne via un lien ou un QR code, et s’exercer. En "devoirs faits" par exemple, ils peuvent bénéficier de l’aide d’un adulte-ressource.

- Le professeur peut concevoir une dictée aménagée pour les élèves à besoins éducatifs particuliers, notamment les élèves dyslexiques.
La fonction "QCM" de l’ENT ou de Pronote permet à l’enseignant de leur proposer une dictée à trous ou fautive, qui les exerce à la dictée aménagée du brevet.
La fonction offre en outre la possibilité à l’élève d’agrandir le texte sur son téléphone ou sur sa tablette, de bénéficier d’un temps majoré (option configurable par l’enseignant), de gagner en lisibilité grâce à un code couleurs. Le professeur crée une question, tape le texte en entier et crée le nombre d’espaces à compléter souhaités en réponse libre ou au choix dans une liste de mots proposés.
Retrouvez dans le portfolio, un exemple de dictée aménagée dans une séquence portant sur l’oeuvre de MERIMÉE, Tamango en classe de 4e.
Le texte dicté, dont la forme est adaptée, est extrait de l’oeuvre de Laurent GAUDÉ, Sang négrier :
Le portfolio présente la version aménagée de l’élève et la version complétée.

- On peut également enrichir une leçon de grammaire par un QR code renvoyant à une capsule vidéo ou à des exercices complémentaires. Il est aussi possible d’ouvrir une carte mentale virtuelle qui facilite la mémorisation, surtout si elle est enrichie par un commentaire audio. Des cahiers d’exercices et manuels scolaires proposent cette démarche, qu’il est possible de s’approprier pour coller au plus près de la réalité du cours mené en classe. Il est possible de plus de créer ses propres exercices interactifs sur la plate-forme Learningapps, mais aussi sur la Quizinière.

- On peut proposer une correction personnelle de copie, qu’il s’agisse de grammaire ou d’orthographe. Ainsi, si on repère des erreurs récurrentes sur la copie d’un élève, on pourra lui proposer quelques exercices de remédiation, accessibles en flashant un QR code. On peut aussi envisager d’enregistrer un commentaire audio pour chaque copie. En utilisant la remise en ligne de l’ENT, l’enseignant peut ensuite proposer une appréciation audio de chaque copie.

  3- Au service de l’oral

- La lecture expressive est une activité essentielle. Délicate à mener en classe entière, elle tire un heureux bénéficie de l’exploitation des applications à disposition des élèves via leur smartphone ou l’ENT, accessible depuis un ordinateur ou une tablette.
Afin d’aider les élèves à s’entraîner lors de l’apprentissage d’une récitation ou plus largement d’une lecture à haute voix, l’enseignant peut leur proposer en amont des conseils et préciser les éléments évalués. Il peut transmettre tout cela via un QR Code qui renvoie à une page de l’ENT sur laquelle les élèves trouveront des versions audio qui pourront les aider à mémoriser. Voici un exemple en 4e sur "Dire l’amour en poésie" et en 5e sur "Le voyage en poésie".

- L’’évaluation de l’oral peut elle aussi tirer profit des outils mobiles. Via un QR code créé par l’enseignant et collé sur le cahier ou une feuille de classeur, les élèves peuvent accéder à la fois à leur prestation orale, mais aussi à son évaluation sous la forme d’un commentaire oral du professeur.
Ce QR Code peut être lu directement sur le téléphone portable de l’élève, à partir d’une application gratuite de lecture des QR Code.
Cette démarche soutient tout particulièrement les élèves en difficulté face à l’écrit. Elle actualise également le travail évaluatif des professeurs, en lui conférant davantage de lisibilité.

  4- En soutien à la lecture

-  Pour la différenciation. Dans le cadre d’une lecture de texte court, les élèves dys- se retrouvent en difficulté lorsqu’il s’agit de lire seul un texte. On peut alors enregistrer l’extrait et le proposer en ressource complémentaire dans le cadre de l’aménagement de l’enseignement. Pour les textes longs, il conviendra de mettre à disposition sur l’ENT un lien vers une bibliothèque sonore, et de rappeler aux élèves concernés qu’ils peuvent consulter le texte en ligne. En voici un exemple pour la lecture du Livre de la Jungle de Kipling : https://matisse-lettres.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article1294

- Soutenir la lecture d’une oeuvre intégrale :

Afin d’accompagner la lecture cursive d’oeuvres patrimoniales à la maison, l’enseignant peut accompagner son choix d’oeuvres d’un QR Code qui renvoie à une page de l’ENT sur laquelle il a recensé les livres audio dont l’écoute aidera autant les élèves dyslexiques que les élèves en difficulté de lecture, lorsqu’ils sont en autonomie. L’exemple mis en lien illustre la démarche.

info document - PNG - 111.7 ko
Exemples de marque-pages interactifs pour soutenir la lecture intégrale d’une oeuvre

Il est possible également de combiner tous les usages précédemment cités des QR Codes en imaginant la conception d’un jeu de marque-pages interactif qui a pour objectif de soutenir la lecture complète d’une oeuvre intégrale dont on sait la difficulté qu’elle peut représenter pour beaucoup d’élèves.
L’enseignant propose sur chaque marque-page un QR Code qui renvoie vers une ressource ou une activité numérique en ligne, comme un jeu sur le vocabulaire rencontré dans un des chapitres réalisé avec le site LearningApps ; un exercice d’écriture collaborative pour travailler sur des hypothèses de lecture avec le site Un Livre à part ; une carte en ligne pour visualiser le trajet d’un personnage ; une version audio du chapitre...
Les possibilités sont nombreuses, l’idée étant que chaque élève s’empare de ces aides en fonction de ses propres besoins, identifiés au préalable par l’enseignant.
Ce dispositif a notamment été testé par Sarah LEBAS, enseignante au collège Alphonse-Allais à Honfleur, s’inpirant de l’expérimentation menée par Pauline LOURDEL, enseignante et formatrice dans l’académie de Lille.
Retrouvez iciune présentation de sa démarche.
Une expérience parallèle a été menée pour conduire une classe de 6ème à lire Le Tartuffe de MOLIERE, à lire ici.

- Différencier les évaluations de lecture pour répondre aux besoins éducatifs particulier des élèves
Afin de différencier l’évaluation d’une lecture cursive, il est possible de donner aux élèves en très grande difficulté avec l’écrit un devoir-bilan de lecture se concentrant sur l’évaluation de la compréhension et de la capacité à développer une interprétation du texte lu. Le recours au QCM à faire en ligne sur l’ENT ou sur Pronote peut devenir à cet effet très utile.
On peut par exemple proposer 20 questions à choix multiple, les compétences de lecture des élèves peuvent ainsi être valorisées sans être entravées par un écrit déficient.
Voici un exemple pour la lecture cursive en 5e du conte "Ali Baba et les quarante voleurs".

QCM Ali Baba - professeur
QCM Ali Baba - professeur

QCM Ali Baba - élèves

Les membres du Pôle de compétences sont à votre écoute pour vous accompagner et ainsi développer ces usages dans vos classes.
Retrouvez les adresses de contact de chacun des membres du PCD sur la page d’accueil du site.

Portfolio

Dictée à trous - Tamango version élèves Dictée à trous - Tamango professeur