Enseignement de spécialité Théâtre - Bilan de la session 2022 - Lettres - Académie de Normandie

Enseignement de spécialité Théâtre - Bilan de la session 2022

Veuillez trouver ci-dessous le bilan de la session de juin 2022, réalisé par l’inspection pédagogique régionale de Lettres.

- Format PDF Enregistrer au format PDF

La session 2022 a été troublée par l’épidémie de la COVID qui a nécessité que soient décalées les épreuves et journées de corrections, en mai et non en mars comme prévu. Face à cette situation exceptionnelle, nous ne pouvons que constater le sérieux et le professionnalisme avec lesquels tous les professeurs ont assuré leur mission. Nous leur adressons nos sincères remerciements. Ce bilan organisationnel et pédagogique de la session écoulée vise à proposer des pistes de réflexion et de travail pour l’année à venir.

Nous rappelons à cet égard que l’épreuve de spécialité pour la session 2023 se déroulera, selon le calendrier national publié au B.O. n°35 du 22 septembre 2022, du lundi 20 mars au mercredi 22 mars 2023.
Par ailleurs l’épreuve écrite prendra appui sur le programme limitatif qui comporte deux questions renouvelables par moitié tous les ans, comme le rappelle le B.O n°36 du 30 septembre 2022.

 I- Bilan organisationnel de la session

 1- Rappel du calendrier :

Organisation de la session 2022- Epreuves terminales
EPREUVESDATES
Ecrit 11 mai 022
Commission d’entente - épreuve écrite 13 mai 2022
Correction en chapelle + commission d’entente plénière pour les écrits 16 mai 2022
Oraux 23 et 24 mai 2022
Harmonisations oraux 25 mai 2022

 2- Remarques sur la session :

Les professeurs, comme les deux inspectrices présentes, ont apprécié pour la première année la correction en chapelle qui leur a permis d’échanger, d’harmoniser au fil des copies et de résoudre des difficultés techniques. En amont de la correction, un barème de notation pour l’épreuve a été choisi, à partir de propositions des professeurs et a permis, lors de la réunion d’entente, de partager l’évaluation autour de copies tests.
Pour les oraux, le choix académique a été fait cette année d’harmoniser les pratiques : passage de toutes les scènes le matin et entretiens l’après-midi. Tous les professeurs n’ont pas été convaincus par ce format. De surcroît, le fait de ne pas disposer du carnet de travail quinze jours avant, modifie sans aucun doute son enjeu : il devient davantage un point d’appui pour soutenir l’analyse réflexive du candidat sur son cheminement artistique et sa capacité à identifier et justifier ses choix, qu’un support pour les professeurs

 II- Bilan pédagogique

 1- Résultats de la session :

Moyennes des épreuves
Moyenne de l’épreuve écriteMoyenne de l’épreuve orale
12,54 14,36

 2- Analyse des productions :

Les copies ont montré une connaissance certaine des œuvres au programme, une maîtrise du vocabulaire théâtral, même si certaines copies restent, pour la première partie, encore trop descriptives pour l’analyse de la captation. Il est essentiel de ne pas raconter l’extrait mais d’en offrir une vision, une interprétation. Pour la seconde partie, argumentative, les propositions scéniques sont en général cohérentes, sans faire toujours preuve d’une grande originalité mais posent les questions centrales de l’œuvre. Il faut encourager les élèves à faire des propositions scéniques très concrètes prenant en compte l’ensemble des dimensions du théâtre : l’espace, la lumière, les sons …

Pour les oraux, tous les professeurs ont tenu à souligner l’implication des candidats, heureux de faire du théâtre et ayant su constituer un collectif soudé. Les élèves, sauf exception, n’étaient pas déstabilisés par le déroulement de la journée car ils avaient été très bien informés par leur professeur : cette maîtrise du déroulé de l’épreuve participe beaucoup de l’ambiance positive des épreuves.
Au plateau, ils ont fait montre d’un bel engagement, avec des textes pour la plupart, bien mémorisés. Toutefois, lors des entretiens, certains candidats ont peu nourri les échanges, peinant à mobiliser des notions théoriques. Parfois, ils n’ont pas su justifier des choix scéniques, se retranchant derrière le choix des enseignants ou intervenants.
Il apparaît comme essentiel, si le rôle du professeur et de l’intervenant est de guider des élèves, de les laisser très autonomes dans leurs choix afin qu’ils aient plus de matière pour l’entretien.
Pour le carnet de bord, de belles réalisations ont été remarquées avec un investissement affectif certain mais il faut insister sur son caractère réflexif : trois mots pour parler d’un spectacle ne rend pas compte du parcours de l’élève dans une école du spectateur depuis plusieurs années. Cela peut ainsi expliquer que beaucoup de candidats, quand ils parlent des spectacles vus, restent sur le plan émotionnel sans nourrir une véritable réflexion.

Nous ne saurions conclure ce bilan sans évoquer encore une fois la disponibilité remarquable de tous les professeurs, leur souplesse dans la gestion des candidats, leur bienveillance face à des élèves qui s’engagent avec sincérité et détermination dans leur jeu parce qu’ils ont confiance dans la communauté éducative. Cette confiance, nous l’avons aussi pleinement et nous tenons à adresser notre profonde gratitude à toutes et tous.