Donner voix au travail de l'interprétation : enquêter au coeur du roman "Madame Bovary" en Terminale HLP - Lettres - Académie de Normandie

Donner voix au travail de l’interprétation : enquêter au coeur du roman "Madame Bovary" en Terminale HLP

Faire place au sujet-enquêteur pour donner sens, forme et place à la voix des lecteurs.
Comment mener un travail de recherche au coeur du roman de FLAUBERT pour interroger, à travers l’écriture, la recherche de soi ?
Tel est le projet présenté ici par Anne-Sophie MARIE-CAHU, professeure au lycée Jeanne-d’Arc de ROUEN.

- Format PDF Enregistrer au format PDF

DONNER VOIX AU TRAVAIL DE L’INTERPRETATION : UNE ENQUETE AU COEUR DU ROMAN DE FLAUBERT "MADAME BOVARY"
UN PROJET CONDUIT DANS LE CADRE DES TRAAM 2021-2022.

Avant-Propos :

- Une observation : le champ de la recherche, dans le domaine des humanités numériques, a considérablement évolué à partir des années 1990 et au cours des deux premières décennies du XXIe siècle, à la faveur de la création, toujours plus considérable, des bases de données, et de la mise en ligne des archives numérisées des grands auteurs du patrimoine mondial.
La technologie a ainsi renouvelé l’accès à la connaissance
. Milad DOUEIHI, dans un article intitulé "Quelles humanités numériques ?" (Critique 8/2015 (n° 819-820) , p. 704-711) constate ainsi « la mutation des modes de production, de partage et de circulation du savoir » en lien avec cette conversion numérique.
Le texte lui-même est repensé de manière dynamique. Il devient un « lieu » producteur de sens, incarné par l’hyperlien, générateur d’un hypertexte.

De l’informatique (qui certes n’a pas entièrement disparu) au numérique, on passe d’une technicité souvent excessive et cultivée pour elle-même, à des usages plus communs, exigeant d’autres compétences : celles que valorise une nouvelle sociabilité en ligne, peuplée de textes, animée par des « partages ».

- Une hypothèse de travail : l’exploration au coeur de la classe des méthodes de recherche exploitées dans le champ des humanités numériques, fondées sur la création et l’exploitation de bases de données, pourrait soutenir et surtout renouveler le travail de la lecture et les démarches d’enseignement, au service du développement des compétences de lecture, d’écriture et d’expression orale.


Après un travail sur le paysage-état d’âme et l’expression de la sensibilité romantique, une enquête a été proposée aux élèves sur Madame Bovary de Gustave Flaubert.
En quoi ce roman de 1857, écrit trente ans après « Le Lac » de Lamartine et cinquante ans après René de Chateaubriand, permet-il d’alimenter la réflexion sur la recherche de soi ?

 - Présentation et objectifs du projet

Le projet est né de la volonté de donner place à la lecture des oeuvres longues au sein du cours de HLP, en classe de terminale, afin de nourrir le thème d’étude de références littéraires plus riches et amples.
Le travail proposé s’inscrit ainsi dans le premier thème proposé par les programmes : la recherche de soi.


Plus fondamentalement encore, le projet vise à révéler la pertinence de la lecture d’une oeuvre intégrale complexe au service de la préparation de l’examen, tant l’épreuve écrite que l’épreuve orale, en prenant appui sur l’autonomie des élèves : autonomie de lecture et de pensée.


Tout au long du projet, les lycéens de Terminale ont été à l’initiative de la lecture comme de l’étude du roman. C’est de leur travail autonome qu’est née leur compréhension du personnage d’Emma Bovary en quête d’elle-même.


Plusieurs champs de compétences ont à cet égard été travaillés au cours de ce projet :
- Des compétences de lecture tout d’abord : le développement de l’autonomie de lecture et d’interprétation fine des textes ;
- Des compétences d’écriture ensuite : l’engagement dans la production d’écrits de réflexion et d’essais, révélant une pensée aiguisée comme une appropriation fine des textes.
-  Des compétences orales enfin : des oraux de travail sous la forme de productions orales spontanées en interaction afin de partager sa lecture et d’aiguiser sa pensée ; le développement d’un propos personnel continu pour défendre un point de vue face à un jury.

Parmi les 5 domaines du CRCN, plusieurs ont été travaillés au cours du projet :
- Domaine 1- Informations et données :
- la pratique d’une veille informationnelle afin de rassembler les traces numériques laissées par l’œuvre de l’écrivain ;
- la gestion et le traitement de données : l’identification de mots clés, la constitution et l’exploitation d’une base de données pour initier une première lecture du roman de Flaubert.
-  Domaine 2- Communication et collaboration :
- collaborer afin de traiter les données collectées
- partager les résultats d’une recherche afin de nourrir le débat collectif.
- S’insérer dans le monde numérique en prenant la main sur les traces numériques produites et analysées.
- Domaine 3- Création de contenus  : création d’un document personnel rendant compte des recherches menées.
- Domaine 5- Environnement numérique :
Construire un environnement numérique de travail au service de la lecture et de l’interprétation d’une œuvre littéraire.

 - Organisation

Le travail s’est déroulé dans le cadre ordinaire de la classe. Il a été lancé au cours de la dernière semaine précédant les vacances d’octobre et s’est poursuivi deux semaines après celles-ci. Il s’agit de la troisième séquence de l’année.
La progression trimestrielle retrace les différentes étapes du travail conduit.

Progression-trimestrielle-HLP -  PDF - 110.5 ko
Progression-trimestrielle-HLP

 - Déroulement du projet

 Etape 1 : le recueil de données

Les élèves ont commencé par mener une recherche documentaire libre sur FLAUBERT et son œuvre à partir des moteurs de recherche dont ils font usage habituellement. Grâce aux sites internet consultés, ils ont proposé des pistes d’analyse qui leur semblaient pertinentes pour approfondir le travail réalisé au cours de la séquence II sur le paysage état-d’âme ou l’expression de la sensibilité romantique.

Les élèves ont pris des notes au cours de leurs recherches et ont pu choisir et exprimer quelles thématiques ou quels points ils souhaitaient approfondir sur le roman.

A l’issue de ce travail, un temps de partage en classe a eu lieu et plusieurs mots-clés ont été inscrits au tableau. Ces mots-clés se répartissaient en deux grands champs d’étude caractéristiques du romantisme :
- le paysage et ses aspects typés (ruines, vallée, torrent, montagne, sommets escarpés…)
- et l’expression des sentiments.

 Etape 2 : Une base de données pour entrer dans la lecture du roman de Flaubert et la constitution d’un premier corpus issu du roman

L’ensemble des mots-clés a donné lieu dans un second temps à un travail en salle informatique. Les élèves sont entrés dans Madame Bovary de Flaubert avec wikisource par une recherche par mots-clés. Le logiciel permet de connaître le nombre d’occurrences du mot-clé dans l’ensemble du roman. Les termes génériques de la liste (comme « sentiment », « tristesse », « nature ») donnaient lieu à un nombre d’occurrences très important, ce qui a permis de les exclure assez rapidement du travail de recherche. Les élèves se sont ainsi concentrés sur des mots plus précis comme « malaise », « mer », « tempête », « océan », « ruine », « solitude », « ennui » dont chaque occurrence renvoyait très souvent à un passage significatif du roman caractérisant le personnage d’Emma.


L’ensemble des extraits sélectionnés par les élèves au cours de ce travail a permis de constituer un corpus conséquent : une vingtaine de textes empruntés à la totalité du roman. Tous les textes ont été mis en commun et replacés dans l’ordre narratif du roman dans un livret diffusé à tous les élèves.

Retrouvez ici ce premier corpus issu du travail de recherche mené :

Corpus-1-Emma-BOVARY -  PDF - 168.3 ko
Corpus-1-Emma-BOVARY

.

 Etape 3 : une première lecture sélective du roman et un mise en résonance de l’oeuvre

A la maison, les élèves ont lu l’ensemble des textes du livret. En classe, ils ont rédigé en groupe un portrait d’Emma Bovary en prélevant dans le corpus l’ensemble des informations qui leur semblaient pertinentes. Ils ont pu rendre compte dans leurs productions de la personnalité d’Emma et de ses aspirations et parfois ont su identifier deux temps dans sa vie :
- lorsque jeune fille, elle revient du pensionnat (ses rêves, ses lectures),
- puis le double enfermement qu’elle éprouve (le désir d’une vie « différente », la « prison du réel »).

La lecture par les élèves de leurs productions écrites lors d’un temps de partage en classe a donné lieu à une réflexion sur le personnage d’Emma : une anti-héroïne mélancolique, ou une femme qui revendique sa liberté dans l’univers sclérosé des conventions bourgeoises ?

Pour compléter la réflexion, le texte de la mort de l’héroïne a fait l’objet d’une analyse en classe. Le traitement réaliste de cette mort par Flaubert a permis de mettre en valeur l’écart entre les aspirations romantiques du personnage et le regard sans concession de l’auteur sur cette jeune femme naïve à laquelle il n’offre pas une délivrance en rendant compte crûment de son agonie.

Un travail de littérature comparée entre plusieurs morts d’héroïnes romanesques : Atala (Atala de Chateaubriand), Virginie (Paul et Virgine de Bernardin de Saint-Pierre) et Gervaise (L’assommoir de Zola) a mis l’accent sur la distance prise par Flaubert avec le romantisme.

A l’issue de ces conclusions, il a été intéressant de relire deux extraits du roman (les lectures d’Emma au couvent - Chapitre VI de la première partie – et la promenade en barque avec Léon – Troisième chapitre de la troisième partie) pour mettre en lumière l’ironie de Flaubert vis-à-vis du romantisme mièvre d’Emma issu de ses lectures de jeunesse.

En lecture complémentaire, les Lettres de Flaubert à Louise Colet d’avril 1852 et avril 1853 à propos de Lamartine sont très éclairantes. Un extrait des Mémoires d’outre-Tombe de Chateaubriand revenant sur les années 1802et 1803 de sa vie permet d’observer le regard sévère désormais porté par l’auteur de René sur le mouvement romantique de la première moitié du siècle.


Par ce travail, les élèves ont mesuré le décalage entre les personnages étudiés dans la séquence II sur le paysage romantique et le personnage d’Emma qui voudrait leur ressembler mais qui se heurte à la médiocrité et aux bassesses du quotidien.
Ce travail est éclairant quant au thème de la recherche de soi. Emma est prise entre des rêves romantiques dépassés comme le disent aussi bien Flaubert que Chateaubriand et une société provinciale de la petite bourgeoisie dans laquelle elle ne trouve pas sa place et se brûle les ailes.


 Etape 4 : la constitution d’un second corpus d’étude, issu du roman de Flaubert

A ce stade de la réflexion, les élèves ont été invités à revenir sur le roman pour aller chercher les causes de la mort d’Emma. Ils ont prélevé des passages de l’oeuvre permettant d’expliquer son suicide. Il s’agissait pour eux d’effectuer la reconstruction d’une collection de petits faits qui s’enchaînent et s’articulent entre eux pour conduire à l’acte suicidaire.
Les textes choisis ont été constitués en corpus.

Retrouvez ici le second corpus réalisé par les élèves, à partir de leur lecture-recherche du roman :

Corpus2-Mort-Emma -  PDF - 141.8 ko
Corpus2-Mort-Emma

Les élèves ont pu observer que, dès le début du roman, Flaubert sensibilisait son lecteur à la souffrance de son héroïne, à sa « mélancolie ».

Ce nouveau parcours dans l’oeuvre les a amenés à s’intéresser aussi aux personnages secondaires du roman : Charles, Léon, Rodolphe et même le curé... et à voir quel rôle ils pouvaient jouer dans la recherche de soi d’Emma.

Les textes choisis ont été justifiés et commentés. Ce travail de sélection a nécessité de balayer de nouveau l’ensemble de l’oeuvre et d’en parcourir de larges pans.


 Bilan

Tout au long de la séquence, les élèves ont pu s’engager dans la rédaction d’un carnet d’enquête sur Madame Bovary, dont on peut lire un exemple ci-dessous :

Exemple-carnet-enquete-eleve -  PDF - 1011.3 ko
Exemple-carnet-enquete-eleve

Chaque étape du travail pouvait en effet donner lieu à des prises de notes ou à des développements plus organisés réunis dans un cahier personnel conservant les traces du cheminement de la réflexion de l’élève. Le parcours était certes jalonné par le menu proposé en classe mais offrait la liberté aux élèves de développer ou d’approfondir certains points qui les intéressaient plus particulièrement. Certains élèves ont par exemple accordé une place importante à la réception de l’oeuvre et au procès, d’autres au processus de création.

Ce travail a permis en outre à la fois de mesurer la compréhension des élèves des enjeux de la recherche de soi dans le roman, en cours de formation, mais aussi pour eux de se constituer un support d’étude pour leur préparation du Grand Oral. Leur carnet est ainsi devenu le creuset de leur voix de lecteur, au service de l’affirmation de leur pensée à l’occasion du Grand Oral.
Plusieurs élèves, particulièrement sensibilisés sur ces questions autour de la personnalité d’Emma se sont saisis du travail effectué dès le mois de novembre pour nourrir une présentation orale en fin d’année et préparer ainsi une des questions du Grand Oral.